Il peut être émouvant de voir une équipe et son public sauter de joie malgré la défaite. C'était ce soir celle du promu dacquois qui a arraché un point de bonus défensif face au grand Toulouse.
Il y a indiscutablement quelque chose autour de cet entraîneur qui va prendre en main l'équipe de France. J'ai vraiment envie de me dire "Bonne pioche" pour le XV de France. Et comme Milou n'est pas non plus n'importe qui… Quand au troisième acolyte, Didier Retière, il est choisi par les deux autres, il doit bien avoir quelque chose non ?
On peut faire n'importe quoi avec de nouvelles règles (l'allusion n'est pas gratuite, soyons vigilants), même dénaturer un sport, mais on peut aussi le faire avancer. Depuis le début, je la sens bien cette histoire de bonus, j'aurais bien aimé l'inventer.
Tiens, à propos de ce match, j'ai vraiment apprécié de voir Kelleher et Elissalde s'entendre aussi bien sur le terrain, ce fut très sympa humainement, et sportivement, par moment assez terrifiant de maîtrise. Toulouse cherche un 10 ? Mais il n'en a pas besoin ! Il y a longtemps que je pense qu'il y a eu maldonne il y a cinq ou six ans : Elissalde aurait dû rester 10 et Michalak se spécialiser à la mêlée. Il n'est pas assez aboyeur ? Il le serait devenu. Pour tout vous dire, j'avais espéré il y a un an ou deux que Bernard Laporte invente avec ces deux lascars un rugby basé sur une paire interchangeable plusieurs fois dans le match. Un truc de louf, mais comprenez qu'en la matière, je m'autorise l'expérimentation…

Bon bé voilà, j'ai peut-être une soluce pour ce blog, qui va changer les habitudes de ceux qui sont restés : je vais désormais faire court, et un peu sur n'importe quoi, entre deux battements d'ailes… Les histoires de php, désolé, pour le moment, je n'ai pas le temps d'y penser.

PS : J'ai retrouvé quelques petits trucs que j'avais mis de côté pendant la RWC, et que j'avais oublié dans un coin. Ce lien très sympa. Et cette phrase de Nicky Little après la victoire des Fidji sur le Pays de Galles qui leur a ouvert les portes d'un 1/4 de finale : "Je ne vais pas jouer pendant six semaines mais vous n’enlèverez pas le sourire de mon visage. J’étais allongé sur la civière quand le docteur m’a dit qu’on avait gagné, puis j’ai éclaté en sanglots. Il y a tellement de personnes dans les encadrements techniques des équipes et tellement d’argent que les gens finissent par oublier que c’est l’amour du jeu qui compte vraiment. Il suffit de regarder les chiffres. Je ne suis par certain que les joueurs des grands pays se contentent de recevoir 50 dollars par jour." (dans le Fiji Times, cité par Courrier international dans je ne sais pas quel numéro).